Accueil  »  Déplacements transfrontaliers  »  Les politiques d'entrées de différents pays

Déplacements transfrontaliers

Les politiques d'entrées de différents pays


En matière d’accueil d’individus étrangers, les pays n’ont pas tous les mêmes politiques; certains témoignent ainsi d’une grande ouverture alors que d’autres démontrent une emprise rigoureuse. Certains pays étrangers n’ont aucune restriction quant à l’accueil de personnes détenant un casier judiciaire. C’est entre autres le cas pour la République Dominicaine, l’Italie, la France et la Suisse. D’autres autorités étrangères, telles que le Royaume-Uni et le Japon, acceptent également les individus judiciarisés, si les sentences qu’ils ont purgées ne dépassent pas la période fixée par leurs critères d’admission. Puisque ces conditions peuvent changer, il est recommandé de consulter le bureau du gouvernement du Canada à l'étranger du pays que vous avez l'intention de visiter pour confirmer les exigences de ce pays.

À moins d’en être avertis, généralement par Interpol, une banque de données concernant les individus recherchés internationalement, les agents d’immigration de pays étrangers (sauf les États-Unis) ne sont habituellement pas au courant de la présence d’un casier judiciaire. Il ne faut toutefois pas badiner avec une telle situation, car mentir à un agent est une infraction grave.

Également, malgré ces indications, il est primordial de rappeler le pouvoir décisionnel des pays. Même s’il respecte tous les critères d’entrée, l’individu peut tout de même se voir refuser l’entrée au pays. Il s’agit d’une évaluation de type « cas par cas » qu’effectuera l’agent d’immigration.

 

Retour en haut  |  Table des matières de la section