Accueil  »  Employabilité  »  Dissimuler l'existence du casier judiciaire

Employabilité

Dissimuler l'existence du casier judiciaire


Avez-vous déjà été condamné pour un acte criminel ? Avez-vous un casier judiciaire ? Voilà des questions auxquelles il est tentant de répondre « non ». Démentir l’existence des antécédents judiciaires, au moment de la recherche d’emploi, semble être la meilleure alternative à court terme. Toutefois, les conséquences peuvent survenir dans un avenir rapproché.

Si l’employeur veut vérifier la présence d’un casier judiciaire, il peut le faire via le Centre d’information de la police canadienne (CIPC), la banque de données de la GRC. Pour ce faire, il doit obtenir le consentement du requérant qui doit signer le formulaire d’acceptation et fournir quelques renseignements supplémentaires (ex. date de naissance) pour l’envoi de la demande. Toutefois, l’employeur peut effectuer des recherches auprès des agents de renseignements personnels ou du plumitif sans l’autorisation du requérant. Il est extrêmement difficile de prouver que de telles démarches ont été entreprises de la part de l’employeur et que la présence d’antécédents judiciaires est la raison pour laquelle la candidature n’a pas été retenue.

Les infractions commises dans le passé demeurent cependant dans la mémoire collective et un tel secret peut ne pas être gardé pour toujours. Ainsi, l’employeur qui est mis au fait d’une telle condition est en droit de considérer les propos d’un individu qui a nié l’existence d’un casier judiciaire comme étant une fausse déclaration, ce qui constitue une cause suffisante de congédiement. Également, sans être congédié, le demandeur en question risque de perdre la confiance de son employeur. Satisfait des efforts fournis par son employé, le patron peut toutefois se faire compréhensif et ainsi le garder au sein de son équipe. Assuré de la qualité des rapports qu’il entretient avec son parton et le personnel, un individu peut également décider de dévoiler l’existence de son casier de son propre chef, après s’être bien intégré à son milieu de travail, et sachant que des antécédents judiciaires ne peuvent nuire à son emploi.

Tel qu’il est possible de le constater, aucune solution n’assure la réussite d’une démarche de recherche d’emploi. Elle dépend surtout de la décision de l’individu qui se basera sur des motivations personnelles, le type d’emploi et le contexte d’embauche. Avant d’entreprendre une quelconque démarche, il est pertinent d’évaluer la situation, en tenant compte de la nature de l’emploi et des incidences pouvant y être directement reliées (en matière d’antécédents judiciaires).

 

Retour en haut  |  Table des matières de la section